pourvoirie-nemiscachingue-journal-montrealAu sein d’un territoire ancestral atikamekw partagé entre les Laurentides et Lanaudière, on loge en chalet sur une petite île isolée du vaste lac Némiscachingue.

Le plan d’eau de 24 km de long regorge de dorés, que l’on mange au retour de la pêche. Çà et là, il y a des plages sauvages de sable fin où l’eau est assez chaude pour se baigner.

 

Voir le reste de l’article sur le Journal de Montréal